Le Règlement Général sur la Protection des Données est entré en vigueur en 2018 ! Depuis, l’utilisation des cookies a-t-elle changé sur les sites français ?

Réponse avec ce Baromètre 2020 de la gestion des cookies dans le cadre du RGPD de l’agence Empirik, spécialiste en SEO, SEA et dans la data.

La problématique des cookies

Le RGPD recouvre plusieurs domaines d’application tels que la portabilité des données, la transparence ou encore la preuve de consentement. La gestion des cookies en fait partie et est au cœur du débat !

La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) comptait publier un projet de recommandation en avril 2020 qui avait pour objectif de formuler les modalités pratiques de recueil de consentement des cookies. Cependant ce projet a dû être repoussé suite à la pandémie. Parmi les 100 sites français analysés par Empirik, aucun ne respecte les critères du projet de recommandation !

État des lieux des pratiques sur la gestion des cookies

Refuser les cookies reste un processus très laborieux ! D’après l’étude, seulement 3% des 100 sites analysés affichent un bouton de refus au premier niveau. De plus, uniquement  14% d’entre eux mentionnent le fait que l’utilisateur sera suivi sur d’autres sites web. Une autre statistique choquante montre que 95% d’entre eux déposent les cookies Analytics sans consentement explicite dès l’arrivée sur le site web au scroll ou au clic.

Le secteur d’activité des sites en question n’affecte en rien les résultats observés. Les entreprises semblent être en état d’attente. Elles semblent décidées à ne pas changer leurs pratiques tant que la CNIL n’aura pas publié la version définitive de son projet de recommandation.

Plus inquiétant cependant est que 52% des sites observés déposent des cookies Analytics et ce malgré un refus de la part de l’internaute !

Vers une raréfaction des données ?

La situation est temporaire puisque les entreprises devront se conformer aux directives de la CNIL une fois le projet de recommandation sera publié. Autrement, elles seront lourdement sanctionnées. Les données pourraient donc se raréfier et la publicité pourrait souffrir suite à ce changement de l’écosystème du web. Il n’y a pour le moment pas d’alternative aux cookies ce qui inquiète les entreprises. C’est sans doute aussi la raison pour laquelle elles ont choisi d’attendre que le projet soit publié avant d’agir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *